Microbiote et perte de poids : tout savoir sur le régime microbiote

Ballonnements, ventre gonflé, inconfort digestif ou syndrome du côlon irritable : le microbiote joue un rôle phare dans notre bien-être. Les intestins sont connus pour être le deuxième cerveau, celui qui garde en mémoire nos émotions. Nous connaissons bien les expressions de la vie courante comme “avoir la peur au ventre” ou “avoir l’estomac noué”… Eh bien, elles en disent long sur l’importance du système digestif pour le corps humain. Entre microbiotiques et alimentation : découvrez nos astuces pour un ventre plat.

Microbiote et perte de poids : tout savoir sur le régime microbiote 3

Qu’est-ce que le régime microbiote ? 

Basé sur les aliments bons pour une silhouette de rêve, le régime microbiote est en réalité un rééquilibrage alimentaire très équilibré et hypocalorique. Changer ses mauvaises habitudes alimentaires et adopter les bons gestes à chaque repas vont permettre de faire du bien à notre flore intestinale. En effet, il est essentiel de prendre soin de cette dernière pour retrouver un ventre plat et surtout en bonne santé. Le régime microbiote, mais aussi appelé « anti ballonnements », va aider l’organe clé de notre alimentation : l’intestin. Le microbiote, lui, est constitué de micro-organismes qui représentent des centaines d’espèces différentes, regroupant champignons, virus et bactéries : il s’agit de la flore intestinale. Leur rôle est de protéger le tube digestif et la muqueuse. Le régime microbiote, lui, est ainsi devenu un terme pour désigner une alimentation calibrée sur le bien-être intestinal. 

Pour comprendre ce rééquilibrage alimentaire, il est essentiel de savoir que l’alimentation joue un rôle capital dans le bon fonctionnement du microbiote. En effet, si ce dernier ne contient pas assez de bactéries, il peut nuire à notre système immunitaire et à notre santé en général. Le mauvais fonctionnement de ce microbiote peut laisser place à des maladies inflammatoires ou autres comme la dépression. L’objectif de ce régime microbiote est ainsi d’augmenter la population bactérienne dans nos intestins, et ce, via une alimentation diversifiée, mais surtout adaptée aux besoins de notre organisme. 

En réalité, le régime microbiote va vous aider dans bien divers souhaits. Tout d’abord, il va vous permettre d’avoir un ventre plus plat, puisqu’il va agir sur les ballonnements, sur le transit intestinal et sur les fonctions digestives. En effet, il peut agir sur la perte de poids en rétablissant un bon équilibre bactérien. Ce bon équilibre, va également agir bénéfiquement sur la santé intestinale et de ce fait sur un état de santé global idéal. Il va, aussi, être d’une grande aide pour protéger contre des pathologies telles que l’obésité, le diabète, le cancer du colon ou encore certaines maladies cardiaques et dépressives. Enfin, ce régime microbiote va, d’un point de vue général, venir renforcer le système immunitaire de l’organisme, notamment grâce à l’augmentation de la consommation de fibres. Pour ces bienfaits, il faudra accorder plusieurs phases à notre corps : le nettoyage de l’intestin de toutes les mauvaises bactéries qui y résident mais aussi le rétablissement de l’acidité physiologique, l’acquisition d’un microbiote solide et bien installé, puis le maintien des étapes précédente (comme pour une stabilisation de poids dans un régime minceur par exemple). Enfin, lors de ce régime, il est conseillé de choisir des produits plus biologiques qu’ils soient alimentaires, cosmétiques ou ménagers mais aussi d’éviter la prise d’anti-inflammatoires ou d’antibiotiques (hormis à la demande de votre médecin) pour ne pas perturber l’équilibre acquis.

Pourquoi et comment rééquilibrer son microbiote intestinal ?

De manière générale, le fait de rééquilibrer son microbiote va permettre de favoriser son bon fonctionnement. L’absorption des bonnes bactéries que nous allons lui donner, va permettre de stopper les troubles intestinaux, de favoriser une bonne digestion, d’éviter la maladie de crohn ou de soulager l’inflammation de l’intestin après une gastro, mais aussi de favoriser un bon transit sans constipation. Les nutriments et notamment les microbiotiques vont stopper les pathogènes et contribuer de manière essentielle au bon fonctionnement de toutes nos parties intestinales, que ce soit l’intestin grêle, les selles ou encore le système immunitaire. Et oui, mes compléments alimentaires appelés probiotiques et/ou prébiotiques ont un réel pouvoir de bien-être. 

Il existe ainsi plusieurs façons d’agir pour le mieux-être de nos systèmes intestinaux et pour apporter enzymes, ferments et toutes autres germes bénéfiques pour éviter les mauvaises bactéries intestinales, le colon irritable ou encore les troubles digestifs. La première, est l’alimentation : certains aliments vont clairement avoir un impact sur l’équilibre de la flore intestinale (lactobacilles, sucres, riche en fibres, ferments lactiques… nous revenons dessus juste après). La seconde, est la prise de microbiotiques : ces compléments sont des microorganismes vivants qui ont des effets positifs sur la santé, l’immunité, la prolifération de la bonne bactérie, etc. La troisième façon de reconstituer sa flore ou de la rééquilibrer est la transplantation fécale : attention, cette pratique n’est pas anodine, il est obligatoire de voir son médecin ou un professionnel de santé pour cela ; en effet, il s’agit d’introduire (par comprimés) les selles d’une personne saine dans le tube digestif d’une personne ayant besoin d’aide pour lutter contre les bactéries pathogènes. Il est également important, outre ces 3 façons, de faire attention suite à la prise d’antibiotiques, de faire attention aux fibres alimentaires ingurgitées ou encore aux différentes souches proposées dans les compléments. 

Pour faire du bien à sa flore microbienne, à son intestin irritable, à son gros intestin ou encore à son écosystème : les milliards de bactéries et organismes vivants essentiels à ce bon fonctionnement sont à portée de main. Si votre transit intestinal ne revient pas à la normale, si l’antibiotique agit trop sévèrement sur votre muqueuse intestinale ou encore si votre microflore ne va pas mieux : n’hésitez pas à vous rendre chez un professionnel de santé, qui saura vous conseiller !

Microbiote et perte de poids : tout savoir sur le régime microbiote 7Microbiote et perte de poids : tout savoir sur le régime microbiote 6

Microbiote et perte de poids : tout savoir sur le régime microbiote 4 Microbiote et perte de poids : tout savoir sur le régime microbiote 5

Régime microbiote : nos conseils pour un ventre plat 

Pour agir sur la perte de poids et notamment sur l’apparition d’un ventre plat, le régime microbiote est un excellent ami. En effet, le fait de rééquilibrer sa flore intestinale va permettre un fonctionnement optimal de l’intestin, de l’estomac, etc. qui sont des atouts pour perdre du poids. De plus, afin d’aider les microbiotiques à faire leur travail, il y a quelques petites astuces alimentaires à ne pas négliger !

On adopte des fruits et des légumes dès qu’on le peut ! Faibles en calories, riches en eau, en fibres, en vitamines ou encore en minéraux, les fruits et légumes sont des alliés de taille dans le régime microbiote. Très rassasiants, ils contribuent à stabiliser la glycémie. En plus de cela, quelques-unes de leurs fibres sont dites prébiotiques, car elles sont en réalité des glucides complexes. Il s’agit, par exemple, de l’inuline ou de la pectine. Ces fibres vont arriver ainsi intactes dans le côlon et nourrir les bactéries amies du microbiote. 

Le saviez-vous ? Les légumes les plus riches en prébiotiques sont : l’artichaut, l’asperge, le poireau, le topinambour, mais aussi le salsifis. Pour les fruits, il s’agit de : la banane, le coing, la groseille, les agrumes, ou encore la pomme.

On pense également aux légumineuses qui sont idéales grâce à leur richesse en protéines végétales, en vitamine B et en minéraux tels que le fer ou le magnésium. Souvent conseillées par les nutritionnistes et/ou diététiciens, les légumineuses forment une famille composée de lentilles, pois chiches, haricots rouges, les fèves, etc. Elles sont en réalité une alternative aux produits céréaliers et aident à varier ses repas : il faut en consommer 2 à 3 fois par semaine. Leur plus ? Elles rassasient et destockent en même temps ! Comme les légumes secs, elles sont également riches en fibres appelées fructanes, mais aussi en prébiotiques, c’est pourquoi elles sont largement conseillées lors du régime microbiote. Entre entretien des bonnes bactéries dans la flore intestinale et aliment sain : les légumineuses sont à adopter.

On choisit les céréales complètes pour tous nos féculents comme les pâtes, le riz, les farines ou encore le pain, qui apportent vitamines et minéraux au corps. Ces dernières ont beaucoup d’atouts que ce soit pour la ligne ou pour le microbiote. Tout d’abord, il faut savoir qu’elles renferment un tas de fibres favorisant un meilleur rassasiement, augmentant l’assimilation des glucides ou encore limitant le stockage des graisses. Il est également essentiel de savoir que la fibre de la céréale complète est une véritable acolyte dans l’entretien de la flore bactérienne intestinale et dans la régulation du transit. 

On n’oublie pas les aliments fermentés qui sont des alliés pour garder la ligne, mais également pour enrichir la flore intestinale en probiotiques. Mais qui sont-ils ? Eh bien, il s’agit notamment de produits laitiers dit fermentés, du chou fermenté, des cornichons, citron, concombres, betteraves, oignons, carottes, radis et autres “pickles”, mais aussi du miso ou du kéfir. Ces aliments vont avoir un pouvoir sur la digestion, puisqu’ils vont améliorer l’alimentation en produisant des enzymes qui vont amener une prédigestion. De plus, la fermentation, de manière générale, aide les bactéries protectrices à travailler et aident à leur prolifération.

Avec les bonnes pratiques citées ci-dessus, il est important d’attirer votre attention sur les choses à éviter lors du régime microbiote :

  • manger moins de viande rouge : elles sont caloriques et leur graisse est facilement stockée. De plus, le trop-plein de viande peut transformer la L-carnitine (qui est bonne) en triméthylamine (qui n’est pas bonne et qui peut être toxique), qui va s’oxyder dans le foie et libérer de la mauvaise graisse. 
  • stopper les produits “light” : ce sont des faux-amis ! Et oui, ces produits édulcorés entretiennent l’attirance pour le goût sucré et n’aident pas à réduire l’apport énergétique. De plus, ils ne sont pas digérés correctement par l’organisme. La conclusion ? Ils peuvent modifier le microbiote et favoriser la croissance des mauvaises bactéries. Tout n’est pas bon à jeter : on garde de temps en temps les yaourts ou les crèmes, mais on jette les produits édulcorés. 
  • éviter au maximum les produits transformés ! Vous n’avez pas le temps de faire à manger et vous optez pour un plat tout prêt de grande surface ? C’est ok pour une fois, mais attention à ce que ça ne devienne pas une habitude ! L’alimentation plus naturelle, faite maison, permet d’alléger l’apport calorique, de laisser de côté les additifs et ainsi de préserver la biodiversité bactérienne de notre microbiote, mais aussi sa perméabilité.
Adopter les bons gestes face aux allergies printanières 17
Tout savoir sur la culotte menstruelle 5
Rétention d'eau : que faire pour s'en débarrasser ? 3